Les Greniers d’Abondance, vers la résilience alimentaire

Les Greniers d’Abondance est une association qui réalise un travail incroyable pour développer la résilience alimentaire des territoires.

Au printemps 2020, elle a sorti un “manuel de résilience” que l’on peut télécharger gratuitement en pdf sur son site (1), ou acheter au format papier. Vous y trouverez les risques qui pèsent sur notre système alimentaire et les actions à mettre en place pour les diminuer.

Elle a également réalisé une série de courtes vidéos pour expliquer chaque risque et chaque action (2).

Elle a récemment créé un outil en ligne qui permet à n’importe quelle personne d’analyser la résilience alimentaire du territoire sur lequel elle vit. Cet outil, appelé CRATER (3), intègre des données officielles telles que le cadastre, l’assolement agricole, les déclarations PAC, etc.

Nous avons fait tourner cet outil pour le territoire de Beauvais, et voici quelques-unes des conclusions (4):

* Les terres agricoles du territoire peuvent produire des denrées pour fournir 100% de la nourriture à seulement 5% des beauvaisiens.

* Sur le territoire de Beauvais, il n’y a que 146m² de terres agricoles par beauvaisien.

* Entre 2011 à 2016, Beauvais a encore artificialisé 2% de ses terres agricoles.

* Enfin, la majorité des terres agricoles de Beauvais ne sont pas à Haute Valeur Naturelle, à cause notamment d’un très faible niveau de biodiversité.

>> En synthèse, on peut se poser de sérieuses questions sur ce qui risquerait de se passer en cas de non approvisionnement des supermarchés, par exemple à cause d’un blocage des raffineries, ou d’un manque de main d’œuvre dans les centres d’approvisionnement des super-marchés, comme on n’en a pas été loin pendant le premier confinement de mars 2020 (5).

Alors bien sûr, Beauvais a du potentiel inexploité.

Un rapide calcul avec l’outil “calcul de surface” sur le site de Géoportail permet de trouver environ 1.200 hectares de terres pouvant recevoir facilement une culture. Mais cela comprend déjà les terres agricoles existantes (environ 600 hectares), et tout le reste ne se prête pas forcément à une exploitation agricole (il y a des prairies, des pâtures, des bandes enherbées inutilisées, mais aussi des terrains de sport). Les surface de bois n’ont pas été comptabilisées, car il en faut pour le bois de chauffage, pour les balades et pour la biodiversité sauvage.

Grâce à un autre outil, développé par Terre de Liens, la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB) et le BASIC, appelé PARCEL (6), on apprend qu’avec 1.200 hectares, on peut cultiver 100% des légumes et 100% des fruits pour nourrir 45.000 personnes. C’est à peine moins que le nombre d’habitants à Beauvais (55.000). Et du coup il ne resterait plus de parcelles pour élever des animaux, pour cultiver du fourrage ou du blé pour le pain, plus de colza ou de tournesol pour l’huile, etc.

Essayez d’imaginer Beauvais dans cette configuration : tous les recoins de terres inoccupées sont cultivées, plus rien n’est bétonné, il y a des légumes et arbres fruitiers plantés partout !

Sur l’outil PARCEL, on peut paramétrer le % de culture bio, le % de régime végétarien, le % de surface de culture de fruits, de légumes, de céréales, de bétail. On apprend le nombre d’emplois que créent chacune de ces cultures, leur impact plus ou moins positif sur la biodiversité, le CO2…

Pour rappel, le projet NovaParc, qui est démarré, va bitumer 120 hectares de terres agricoles, soit 10% des terres cultivables du territoires. Cela anéantit la possibilité de nourrir 4.500 beauvaisien.ne.s en fruits et en légumes !

Dans le dernier “Beauvaisis Notre Territoire”, on découvre une quinzaine de producteurs du Beauvaisis dans un article qui met en avant les circuits-courts et “la forte tradition agricole” du Beauvaisis (7).

Notons que dans ce listing de producteurs, un seul est implanté dans Beauvais, tous les autres sont dans le Beauvaisis, parfois à plusieurs dizaines de kilomètres. S’il y a une pénurie alimentaire à Beauvais, elle aura aussi lieu dans le Beauvaisis, et ces producteurs vendront directement leurs produits aux habitants de leur village. Les beauvaisiens devront alors compter sur leurs 2 seuls maraîchers, qui cultivent sur quelques hectares, et sur des producteurs de blé dur et de betteraves sucrières.

Vu du ciel, Beauvais est bien grise (8), il n’y a quasiment plus de place pour les cultures nourricières. Les villages du Beauvaisis, eux, sont bien verts et jaunes.

CRATER nous indique que le territoire du Beauvaisis peut produire de la nourriture pour 118% de sa population.

Mais attention, la production est aujourd’hui déséquilibrée. Par exemple on produit 3 fois trop de céréales et 10 fois moins de fruits et légumes. Il y a un énorme travail à faire pour modifier les pratiques agricoles, installer des maraîchers plutôt que des céréaliers, diffuser massivement des pratiques agricoles réellement durables (préserver ou recréer des zones humides, replanter des haies et des prés vergers, etc.)

L’outil PARCEL indique que pour nourrir 100% des habitants du Beauvaisis en bio et en régime moins carné, il faudrait créer 1.430 emplois, essentiellement dans les villages et les bourgs du Beauvaisis.

On peut imaginer que ce besoin va entraîner un exode urbain et une redynamisation de ces villages.

N’oublions pas que ce qui est vrai pour Beauvais et les villages du Beauvaisis et encore plus vrai pour Paris et son agglomération, dont la résilience alimentaire est à peu près nulle. Or la raréfaction prochaine du pétrole, qui est aujourd’hui massivement utilisé par l’agriculture française (en moyenne, il faut brûler environ 1 litre de pétrole par jour pour nourrir un seul Français!), va obliger l’agriculture française à se dé-mécaniser et à employer beaucoup plus de main d’œuvre, en même temps qu’elle rendra beaucoup plus problématique l’approvisionnement des grandes villes par des circuits longs en camion.

>> On sait donc déjà que dans les petites villes aux alentours de Beauvais, la population va augmenter, donc le besoin de résilience aussi, donc notre adaptation, donc les emplois agricoles…

Et tout cela, ça se prépare!

Nous vous invitons à tester par vous même CRATER et PARCEL. C’est à la fois bluffant, flippant et/ou motivant, c’est selon.

Les Greniers d’Abondance présente leur outil Crater mardi 20 avril 2021 à 19h00, en ligne (9).

Bon courage à toutes et à tous!

(1) https://resiliencealimentaire.org/

(2) https://video.tedomum.net/accounts/lga/video-channels

(3) https://crater.resiliencealimentaire.org/index.html

(4) https://crater.resiliencealimentaire.org/diagnostic.html?idTerritoire=C-60057

(5) https://www.lefigaro.fr/societes/cette-semaine-de-printemps-ou-la-france-a-echappe-au-rationnement-20201231?fbclid=IwAR25GBg0kAKRAalJA4jRATB_8Mw3emlP3NbA3NDRBQc-kklOhGBb-WvFlF4

(5bis) https://beauvais-en-transition.info/cette-semaine-de-printemps-ou-la-france-a-echappe-au-rationnement/

(6) https://parcel-app.org/

(7) https://www.beauvaisis.fr/docs/agglo-infos/2103-bnt.pdf

(8)https://www.geoportail.gouv.fr/carte?c=2.1004396517267954,49.43887169437508&z=13&l0=ORTHOIMAGERY.ORTHOPHOTOS::GEOPORTAIL:OGC:WMTS(1)&l1=LIMITES_ADMINISTRATIVES_EXPRESS.LATEST::GEOPORTAIL:OGC:WMTS(1)&permalink=yes

(9) https://www.facebook.com/events/790623684894659/

1 Comment

  1. Anne

    Super boulot de synthèse, comme tu le dit c’est à la fois flippant et motivant !

    Reply

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :